Crapules de la santé

Bonjour à tous. J’espère que ce message circulera. Je débute sur Captain
avant de me présenté j’ai quelques choses à dire, ce qui est beaucoup plus important que votre humble serviteur. Un mot avant d’autres, je suis spécialiste en terme de santé et analyste de notre système de santé à la Française
Qu’il y ait une pandémie c’est indéniable, mais personne ne parle de la structure du gène codant du virus SarsCov2 ou Covid 19. Ce qui est étonnant comme le soulignait le Pr Montagnier, prix nobel 2008 de médecine, c’est que 4 séquence du gène sont très rapprochées. Deux séquences c’est déjà étrange, mais 4 c’est franchement totalement inhabituel pour un gène viral, quelque soit sa taille. La taille de l’ADN ou de l’ARN qui est présent dans le virus, respectivement virus à ADN et retrovirus, défini le nombre de protéines qui lui servent pour sévir. Quatre séquences l’une à coté de l’autre ce n’est pas la marque de la nature, mais la marque d’une fabrication. D’autre part, ce que l’on ne comprend pas c’est comment un virus très présent chez les chauves-souris passe à l’Homme et comme par hasard le foyer initial se situe en … Chine. Donc potentiellement et sans théorie du complot on peux se poser la question que le virus est sortie d’une manipulation génétique pour qu’il puisse passer de l’animal à l’Homme. D’autre part un seul foyer marque la proximité du site de fabrication : la Chine.
Il a été caché par l’APHP, et j’y étais lors de la dernière phase de crise, que l’INVERMECTINE avait une action antivirale et non prescrit pour la simple raison que dans le traitement des malades infectés positifs au COVID ont utilise une forte dose de corticoïde. L’Invermectine est un antiparasitaire… Oh! surprise l’hydroxycholorquine ou le plaquenil est aussi un antiparasitaire. Quid de ce que certifiait Didier Raoult dans sa bataille contre le Covid, issu des donnés acquises de la science??? Le même type de traitement, mais Raoult est honnête, alors qu’à l’APHP ce n’est pas le cas… Quelle bande de crapules sortent du chapeau du gouvernement. Je rappelle que les PUPH de l’APHP sont au plus près du Sinistre de la Santé.
Les Média officiels se font les portes paroles du gouvernement en relayant des informations confondant malades infectés par le Covid et sujets dépistés positifs c’est à dire porteur sains. Comme ce sont les nombreuses administrations de la santé qui s’occupent du retour d’information il y a des confusions surtout par les médecins des Agences Régionales de Santé, qui sont d’une incompétence crasse. Même compétent, les ARS ne remontent pas l’information correctement. Le Ministère et le gouvernement Macron sont surtout des Enarques. Et comme par hasard ils ont la même formation pour rentrer à l’ENA c’est à dire les classes préparatoires où ils ont tous appris par coeur le livre; « le prince » de Nicolas Machiavel. Et dans ce livre qu’apprend-t-on? qu’un peuple qui a peur est plus facilement maîtrisable.
Ainsi, les administratifs responsable, directeurs des ARS, Haut Conseil de Santé Publique, HAS, Agence du médicament, institut Pasteur, PFIZER, Conseil de l’Ordre des Médecins … forment un ensemble de véritables crapules de la santé qui dans leur crasse d’ignorance mentent à la population. Un mensonge d’Etat comme il se doit. Preuve en est la dernière commission des lois où le ministre de la santé Olivier Vèran qu’un certain médecin libéral avait fustiger lors des élections présidentielles en disant que personne ne voulait de lui. Et bien ce Sinistre de la Santé impose aux parlementaire d’accepter encore et encore, jusqu’au 31 décembre 2021 de continuer les mesures liberticides pour raison de crise sanitaire.
Alors que les doses de vaccins sont là, la vaccination se fait au compte goute. Le directeur de l’assistance publique hôpitaux de paris, qui serait plus à sa place dans une fête foraine qu’à la tête de l’APHP refuse que les soignants soient vaccinés et privilégie le vaccin pour les malades. Ce qui est un contre sens, une ineptie et d’une stupidité sans limite, car le vaccin est fait pour ne pas contracter la maladie mais ne sert à rien, mais strictement à rien chez un patient malade. Alors que les soignants eu, sont devenus des porteurs sains, vecteurs potentiels du virus et peuvent contaminer tout leur entourage sans le savoir. D’autant plus que l’Etat ne veut pas tester obligatoirement les soignants. Afin de ne pas garder un prisme purement parisien, l’administration de l’hôpital de Cherbourg dans le Contentin a la même attitude avec les soignants, surtout des remplaçants car ce centre hospitalier a très peu de titulaire, refuse le dépistage par prélèvement nasal des porteurs du Covid.
J’ai fait tout un rapport sur l’administration de la santé en France et j’aimerais pouvoir le diffuser afin d’informer le public sur ce meurtre organisé pour des questions comptables plus que pour de réelles question de prise en charge des malades.
Bonne année à tous et surtout longue vie à la chaine.
PainKiller
Médecin Anesthésiste Réanimateur Médical
Journaliste en herbe.

Bonjour et bienvenue sur CaptainFact.

J’ai peur que vous n’ayez pas bien compris le principe de CaptainFact, une plate-forme dédiée à la vérification des faits, aujourd’hui sur la base d’une vidéo YouTube ou Live Facebook, demain sur tout type de contenu.
Ainsi, animé par l’esprit critique, les participants sur cette plate-forme (toute personne inscrite sur le site) peut et dois apporter des sources pour confirmer ou réfuter des faits évoqués par tel ou tel intervenant d’une vidéo.
Hors là, vous faites un exposé non sourcé d’un ensemble de faits que vous évoquez, ce qui va à l’encontre de la méthodologie proposé par CaptainFact.
Aussi, je vous invite donc à lire plus en détails l’ensemble des informations à dispositions sur le site de la plateforme afin que vous compreniez l’ intérêt de celle ci et son fonctionnement.

Si les propos que vous tenez ici, vous paraissent légitimes et sourcés, alors vous pourrez sans aucun doute fournir ces sources au sein des nombreuses vidéos qui traitent du sujet et déjà vérifiées ou en cours de vérification sur CaptainFact.

Pour le reste, notre forum n’a pas pour vocation de diffuser des contenus au propos non sourcés qui pourrait s’apparenter à des rethoriques fallacieuses ou mensongers.

Merci de votre attention.

7 J'aimes

Bonjour,

Je n’ai pas beaucoup plus à dire que @DocFred.

J’aimerais ajouter que si ce que vous dites est vrai, il est effectivement plus que nécessaire de mettre au jour ces faits. En effet, si vos affirmations se confirment, des morts auraient pu être évités.

Cependant, vu les affirmations graves que vous portez, il est primordiale de pouvoir les appuyer sur des sources fiables pour légitimer votre version.

Pourquoi cela pose un problème de ne pas sourcer ?

  • Malheureusement, rien ne nous permet de vérifier votre identité. Même si je ne remet pas en cause votre honnêteté, il nous est impossible de vérifier que vous n’ayez pas construit cette version de toute pièces.
  • Même si vous êtes un expert du domaine sur lesquels vous prenez la parole (domaines qui sont pluridisciplinaires semble-t-il), il est important de ne pas tomber dans le piège de l’argument d’autorité. Tous les humains se trompent, y compris les expert les plus renommés dans leur domaine. Il ne faut donc pas se fier à la personne qui prend la parole mais aux sources sur lesquelles elle se repose.

J’espère que vous pourrez nous apportez des éléments appuyant votre version. Chaque éléments sourcés est utile à appréhender de façon globale une situation.

Je vous souhaite une agréable journée :slightly_smiling_face:

4 J'aimes

Bonjour,
merci pour votre message. Effectivement il est important de citer ses sources.
Premièrement j’étais renfort COVID depuis mars 2020 et durant la reprise épidémique de novembre 2020 la Pitié Salpétrière (APHP) Paris, nous demandais de prescrire ivermectine en raison de la forte dose (soit disante) de corticoïdes que nous faisions administré. Prétexte invoqué: effet antiviral. Mais l’association des pharmacologue de France disait le contraire:
https://sfpt-fr.org/covid19-foire-aux-questions/1373-168-l-ivermectine-antiparasitaire-est-elle-efficace-pour-prévenir-ou-traiter-une-infection-à-la-covid-19
Voilà une source où cet anti parasitaire montre qu’il a été prescris mais reste totalement inefficace.
Je témoigne ici que le prétexte invoqué par les leader d’opinion de l’APHP était plus comme une protection contre les parasites comme l’anguillulose et que le débat entre les médecins de l’équipe était que c’était peut-être pour « imiter » l’Hydroxychloroquine. Pour des questions de confidentialité quant à un protocole de recherche clinique et je rappelle ici via le lien suivant que les médecins ont une liberté d’exercice :
https://www.conseil-national.medecin.fr/code-deontologie/devoirs-generaux-medecins-art-2-31/article-8-liberte-prescription

Dans l’attente de vos commentaire, je vous prie de recevoir l’ensemble de mes sentiments dévoués.

Autre source.
Je suis désolé de vous encombrer mais :

Merci d’avoir apporté matière à vos affirmations.

C’est dommage, cette partie manque d’une source pouvant l’etayer. Nous indiquer que vous travaillez là bas est intéressant mais insuffisant pour faire preuve.

La source mesure plus ces propos: « A l’heure actuelle l’efficacité de l’ivermectine (si tant est qu’elle existe), ainsi que la sécurité de l’utilisation, restent encore à prouver dans le cadre de l’infection au SARS-CoV-2 . ». Attention à ne pas déformer les propos des sources, surtout quand celles ci sont sont facilement accessibles :wink:. Pour l’instant, beaucoup d’incertitudes autant sur l’efficacité que l’inefficacité.

Je ne comprend pas pourquoi vous avez mis cette phrase. C’est en rapport avec la phrase précédente ? Si oui, je ne comprend toujours pas (je suis possiblement lent d’esprit :grin:)

Il serait intéressant que vous citiez les propos de votre premier message pour savoir ce que la source appuie. Sur le forum, vous pouvez facilement citer. En sélectionnant le texte voulu, un bouton « Citer » apparait et met en forme directement la citation dans le corps de la réponse (les zones grises dans les réponses).

Je regrette de vous informé que non, vous n’êtes pas lent d’esprit, c’est moi qui présente quelques difficulté à rentré dans la philosophie de CF.
Autres sources que je vous soumets :
https://www.mondialisation.ca/covid-19-un-simple-changement-de-methode-et-cest-fini/5652447
on y apprends que l’ivermectine est étudiée depuis mars 2020 et que les preuves scientifiques arrivent en octobre. Ce qui pourrait paraître très important comme information.
Mais les sources ne sont pas scientifiques, c’est à dire qu’elles ne citent pas les sources selon une nomenclature classique des articles scientifiques.
Autre source :


le regroupement des auteurs et du groupe scientifique n’est pas comme c’est l’obligation dans les revues de médecine.

L’article se présente comme une Evidence Based Medicine c’est à dire de la médecine basée sur des preuves, mais avec des effectifs qui ne satisfont pas un ensemble de sujet étudiés et une sélection d’articles ayant toutes la même problématique. La méthodologie de cet article semble contradictoire et très scientifiquement discutable quant à la répartition entre groupe contrôle et groupe étudié. C’est une source d’accès libre alors que pour ce type d’étude l’ego des auteurs les aurait conduite à publier dans une revue avec comité de lecture. Ce n’est pas mon avis, c’est la norme. Si l’on écoute le Professeur Raoult, il publie ses articles dans des revues scientifiques, rarement en ligne.
le protocole MATH+2 est un avis d’expert :

On remarque aussi que le Dr Kory membre de ce comité d’expert se réfute d’une part pour une raison qui n’est pas claire et publie a publié deux articles PMC c’est à dire qu’ils sont d’accès gratuit et que les auteurs ont payé plus de 3000 $ pour les faire référencer dans PubMed qui est la tour de Babel des articles médicaux.

Lorsque l’on cherche « ivermectine et covid 19 » les articles les plus cités sont tous PMC donc sans comité de lecture.
Mais nous sommes en 2021 et les informations que l’on peut lire changent très très vite.
En revanche, il existe des conflits d’intérêts à l’APHP et depuis 2015 il y a un document qui pilote un comité de lutte contre les conflits d’interêts :

recherche d’un peu plus de transparence et récupération des financements privés pour l’APHP.
Pour finir il existe une déclaration fondamentale dans la recherche médicale qui est La Déclaration d’Helsinki de 1964
https://www.wma.net/fr/policies-post/declaration-dhelsinki-de-lamm-principes-ethiques-applicables-a-la-recherche-medicale-impliquant-des-etres-humains/
Pour comprendre l’attitude de l’industrie pharmaceutique dans cette période de crise:
https://bdsp-ehesp.inist.fr/vibad/index.php?action=getRecordDetail&idt=496026

Dans l’attente de vos commentaire, et en espérant me rapprocher le plus possible du sourcing claire, je vous prie de recevoir l’ensemble de mes sentiments dévoués.

Je n’ai pour l’instant que survoler vos sources (qui sont pour la plupart conséquente).

Si j’ai bien compris, vous nous prouvez que l’ivermectine, malgré tous les efforts et les groupes d’experts ne parvient pas a obtenir un consensus sur son efficacité. Le gouvernement et les autorités sanitaire, plein de conflits d’intérêt, ont demander la prescription de l’ivermectine avant tout pour penser économie avant santé, pour preuve l’aphp a publié un rapport sur ses conflits d’intérêt.

Ais je bien compris où vous voulez en venir ?

Ma connection avec FC a été désactivée comme mes commentaire sur Youtube et autres réseaux. Je change donc de compte pour vous répondre. (j’utilise les majuscules comme un mode souligné et non pour vociférer, loin de moi).

**Vous avez très bien compris ce que j’essaie maladroitement puisque vous vous posez la question. **
Oui c’est exactement cela.
Le **GVT et les autorités sanitaires sont exempts d’avoir à démontrer leur absence de conflits d’interêts **. Les experts US ou FR , comme l’a dit sous serment le Pr Raoult lors de l’enquête parlementaire sont dans la même situation alors que le Code de la Santé Publique via le code de déontologie médicale le prescrit:

, la loi Xavier Bertrand : http://www.fimetfrance.fr/wa_files/guide_loi_bertrand.pdf
(lorsqu’il est passé rapidement Ministre de la Santé) obligent surtout les laboratoires pharmaceutiques ou plus précisément l’industrie pharmaceutique à déclarer tout cadeaux, financement et même une réserve de stylos billes au Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins qui fait quoi… Transmet théoriquement au conseil national de l’ordre (CNOM).
Pour être plus imagé:
En tant que médecin, comme tout homme ou femme, nous sommes perfectibles, mais faillible, un laboratoire m’a proposé 2000 € pour chaque matériel que je posais chez les patients (soit 10% du prix de revient). Ayant la chance d’être dans un comité d’experts scientifiques pour un comité de lecture et très bien comme cela, je ne pouvais pas me permettre cette perte de liberté (pactiser avec le diable) donc pour faire bonne figure, je les ai remercier mais avec un non définitif. Pour revenir en contre offensive je reçois un colit fait de fournitures de bureau à savoir feuille de papier A4 et 30 stylos billes B (pour ne pas citer la marque). Le tout accompagné d’une lettre de déclaration à l’ordre de leur part. Sauf que contre-lettre avec contrat d’exclusivité…pour plusieurs kilo euros. Ce n’est un exemple pour vous expliquer à quel point l’industrie pharmaceutique peut-être virale. Mais je ne suis qu’un petit grain de sable. Les leaders d’opinion se voient offrir des centaines de milliers d’Euros pour valoriser et un protocole de recherche clinique chez l’être humain, le réaliser et le publier. Le protocole est souvent écrit par le laboratoire pour un premier jet et le second par un assistant hospitalier (un jeune médecin de 29 à 32 ans) qui veut avoir sa place dans le service. Le leader d’opinion est professeur des universités, ce qui permet de situer la hiérarchie, nous servons de petite mains et c’est le professeur qui encaisse. D’où l’idée dans le rapport de l’APHP datant de 2015 que vous avez, on comprends que c’est l’Assistance Publique qui devra percevoir les fonds et les rétrocéder en fonction du coût pour l’AP de convoquer et re convoquer les sujet jusqu’à la fin de l’étude. C’est le cas pour tous les médicaments. Aux USA la loi fédéral impose que les Médecins des universités (MD et/ou MD, PhD) sont dans l’obligation de dévoiler tous leurs conflits d’intérêts, même avec les journalistes

Suite … ma cession s’est bloquée et je continue… j’attends une source US quant à cette loi fédérale.
Si l’APHP a écris ce rapport que je vous ai adressé c’est bien qu’il existe une culture du conflit d’interêt et avec l’industrie et avec les politiques (allant de l’Agence Régional de Santé jusqu’à BigPharma. Même un assistant hospitalier est une cible. Encore plus lorsque l’on a une activité de ville. Relire des articles en vue de leur correction, de leur publication ou d’un rejet définitif est très valorisante intellectuellement. Sachant que la société savante à laquelle je fais parti vous radie sine die en cas de mensonge. La liste des conflits doit rester vierge.
Donc à l’appui du pseudo article scientifique que je vous ai adressé on nous a demandé de prescrire l’ivermectine (10€) à la place du plaquenil (4,71€). Ce qui est moindre que le Remdevisir (prix introuvable pour le moment.
A propos de ce médicament et traitement de ce médicament on peut lire une forme de contestation diplomatique sur les différentes positions de l’OMS dans une page, oh surprise de l’industrie pharmaceutique. On apprends que cet antiviral a été déclaré comme inutile par l’OMS, mais perte sèche pour l’Europe d’1 Milliard d’euros en octobre 2020:


Ce qui source le gouffre entre la Santé et les intérêts de l’industrie du médicament. Pourtant à les croire une seule étude fait état de son inefficacité dans l’utilisation de ce médicament quelque soit le stade de l’infection par le Sars-Cov2. Vous pourrez également lire que l’indépendance sanitaire était « au coeur des débat » du G5 santé de l’industrie pharmaceutique, mais article réserver aux abonnés… Peur de Captain Fact ???

Donc:
oui le GVT et l’administration de la santé est bourré de Conflits d’intérêts
Oui l’APHP a la culture du CI.
Oui pour des « économies » de santé / plus de bénéfice pour l’industrie la liberté des Médecins est en danger.
Quant aux vaccins je vous demande si je puis rester sur CF je récupère des sources et articles (lien internet seulement car 30€ par article) nous pourrons y voir plus claire.
J’espère que ces deux longs message vous ont intéressé quant à mon sourcing j’espère qu’il convient mieux aux principes de participation à Captain Fact.
Kollins

Il est tentant d’utiliser son témoignage pour appuyer une idée plus générale mais il faut éviter ces arguments de généralisation. Restons sur les faits :slightly_smiling_face:

De manière plus générale, il nous serait utile que vous citiez ou indiquiez plus précisément les informations dans les documents que vous soumettez. Une partie de vos sources font plusieurs dizaines de pages et il est chronophage de les lire et les comprendre. Cela ne nous empêche pas de les lire entièrement bien sûr :wink:

J’ai trouvé ce montant sur le site industrie pharma: « Le laboratoire a ainsi fixé le prix du remdesivir à 390 $ par flacon dans les pays développés, portant le prix total d’un traitement avec l’antiviral – traitement de 5 jours avec 6 flacons - à 2 340 $ (2 085 €) par patient. » (https://www.industriepharma.fr/covid-19-gilead-fixe-le-prix-du-remdesivir,111716). Il date de juillet 2020, je ne sais pas dans quel proportion son prix à varier mais il est probable qu’il ne soit pas passé en dessous du prix des autres traitement que vous avez mentionné.

Si l’on reste sur les faits, l’OMS autorise le Remdesivir suite aux données scientifiques à sa disposition (étude ACTT-1 de Gilead). Il faut rappeler que les études, même si elles sont faites par des industriels ne sont pas de facto manipulés et fausses. Il faut rester prudent mais les condamner pour leur provenance est simpliste surtout dans la situation d’urgence sanitaire. C’est ce qu’a fait l’OMS à ce moment. Au vue des données et de la méthodologie, il semblait rationnel de promouvoir cette molécule. Solidarity arrive et va dans l’autre sens en terme de résultat, l’OMS revient sur ses conclusions. Rien de plus sains dans le domaine scientifique que de faire évoluer son avis aux vues des nouvelles données.

On lit ces faits, ce que vous lisez (contestation diplomatique) relève de vos opinions que je ne partage personnellement pas.

PS: j’ai trouvé une source provenant directement de Gilead pour le prix du Remdesivir (https://www.gilead.com/news-and-press/press-room/press-releases/2020/6/an-open-letter-from-daniel-oday-chairman--ceo-gilead-sciences):

[…] we have set a price for governments of developed countries of $390 per vial. Based on current treatment patterns, the vast majority of patients are expected to receive a 5-day treatment course using 6 vials of remdesivir, which equates to $2,340 per patient.

Bonjour et merci pour votre message.
La médecine doit se faire dans les données acquises de la science, ce qui signifie légalement que l’on ne peut utiliser un médicament sans qu’il soit étudier, selon des méthodologies rigoureuses et donc des articles publiés dans des revues avec comité de lecture sérieux et exempts de conflit d’intérêt. Le débat scientifique et médical sur le remdivisir reste ouvert. Les études sur la probité du remdivisir en Réanimation sont négatives:


Bien cordialement.

Juste un petit message pour dire que je suis attentivement ce débat, mais que je n’y participe pas plus que ça, parce que je trouve que @Lo1c74 se débrouille très bien pour le mener :wink:

@PainKiller : merci d’avoir pris la peine de trouver des sources pour étayer vos propos, c’est très appréciable. Cependant, essayez d’être plus clair dans ce que vous écrivez, et n’oubliez pas que nous ne sommes pour la plupart pas des professionnels de la santé comme vous.

Petite précision aussi : CaptainFact se défini avant tout comme une association, plus que comme une « chaine ». Nous avons bien une chaine YouTube, mais nous nous reposons surtout sur notre plateforme collaborative de vérification des faits https://captainfact.io/.

1 J'aime

Bonjour et merci pour votre message et votre conseil.
Lorsque j’ai écris « chaine » c’est pour nommer le fait que CF est un lien entre collaborateurs et donc non pas une chaine de télé, mais une chaine de sourcing et d’informations journalistiques. Chaine, pour entraide dans l’information et la véracité des faits comme nous le faisons tous. Ce qui est précieux.
@Lo1c74 m’a beaucoup aidé et je profite de ce message pour le remercier et de son aide et de modérer mes propos.
Je vous remercie également de vos conseil quant à plus de clarté dans mes messages. Il est difficile lorsque l’on se lance dans un sourcing qui a été dense et m’a demandé une lecture scientifique critique de ne pas utilisé le jargon traduit. Mais je prends note de votre remarque constructive…

Bien cordialement
PainKiller

1 J'aime

Pouvez vous éclaircir la dernière phrase ?

Prendre le professeur Raoult comme mesure d’exemplarité est à mon avis peu prudent. Le Professeur Raoult publie beaucoup dans la revue « International Journal of Antimicrobial Agents » ces dernier temps (https://scholar.google.com/citations?hl=fr&user=n8EF_6kAAAAJ&view_op=list_works&sortby=pubdate sur l’année 2020, la moitié de ces publications l’ont été dans l’IJAA) dont l’éditeur en chef est le professeur Jean-Marc Rolain (https://www.journals.elsevier.com/international-journal-of-antimicrobial-agents). Ce même professeur est aussi Chef d’équipe dans le groupe MEPHI de l’IHU de Marseille (https://www.mediterranee-infection.com/recherche/mephi/jean-marc-rolain/). De la à crier au conflit d’intérêt, je pense qu’il manque des données, mais c’est en tout cas questionnable.

De ce que j’ai pu lire du document que vous avez fourni (surtout la partie 2), une grande partie des conflits d’intérêts sont compliqués à contrôler car ils visent des mécanismes psychologiques inconscient relevant de la confiance, de l’excès d’assurance, etc. Ces formes de conflits d’intérêts peuvent être réduites par la formation avant et pendant toute la période d’exercice des différents acteurs, mais ne pourront pas, malheureusement (du à la nature humaine), disparaître. Pour les formes plus conventionnels, l’AP-HP note que des mécanismes on été mis en place pour lutter contre. Ainsi, on peut lire:

En revanche, lorsque le promoteur est industriel, il existait jusqu’il y a peu, indépendamment des surcoûts hospitaliers, une rémunération de l’expertise du médecin (honoraires), versée généralement à une association, qui ré-affectait le plus souvent ces sommes pour des projets de recherche. Depuis l’été 2014, avec l’instauration du « contrat unique », ces sommes sont en principe perçues par l’établissement de santé, qui a l’obligation de permettre à l’investigateur d’en bénéficier pour la recherche. (page 20)

Ou encore:

Il faut cependant noter qu’en matière de partenariat industriel, la promotion AP-HP offre de sérieuses garanties d’indépendance : le contrat conclu entre l’AP-HP et l’industriel (pour la fourniture des produits de santé et/ ou une contribution financière) prémunit l’institution contre le risque de dépendance à l’égard de l’industriel. Le contrat stipule notamment que l’AP-HP est propriétaire des données de la recherche et se réserve la maîtrise de la première publication. Les projets de publication sont soumis pour information à l’industriel qui peut formuler des remarques que l’AP-HP reste libre d’accepter ou non. Il est systématiquement prévu dans le contrat qu’aucune modification ne peut être acceptée si elle porte atteinte à la valeur scientifique de la publication. (page 21)

Le fait de mettre en lumière ces conflits d’intérêt est sain et montre que cette institution s’en préoccupe. Même si comme vous le dites, la « culture du conflit d’intérêt » existe, l’AP-HP tente de la combattre. Malheureusement, ce problème ne peut être résolu avec une solution miracle en un claquement de doigts.

2 J'aimes

Bonjour et merci de votre relecture
Je connais bien l’APHP et son mode de fonctionnement.
La direction générale est assez particulière. Le Comité Médical d’Etablissement (CME) de l’AP est une conséquence d’une réunionnite. Des rapports comme celui-ci est centralisé. Or l’APHP est fractionné en divers établissement qui ont leur propre CME. C’est un système décisionnaire pluri pyramidal et ce rapport est une décision centrale. Le casting y est très particulier.
Mais votre analyse est une autre lecture de ce document qui mériterait un débat.
Bien Cordialement.
PK

Depuis la loi de modernisation de notre système de santé, la CME n’a plus qu’un rôle consultatif alors que depuis la création de ce comité les décisions se prenaient par la CME. Maintenant c’est la direction qui dirige.
La formation des RH s’est faite, en 2016 avec l’expertise de l’armé.


les DRH se sont donc inspirés du modèle militaire. Ce qui a amplifié la souffrance au travail des Médecins et des soignants:

Bien cordialement.
PK