Que faire lorsqu'une vidéo est supprimée de Youtube?

Bonjour et merci pour ce site exceptionnel!
Il y a quelques jours une vidéo analysée sur captainfact a été suprimée de youtube: https://captainfact.io/videos/gLjY

Dès qu’une vidéos est supprimée, non seulement la page de fact checking devient obsolète, mais on perd aussi la trace des citations. Que faire? Enregistrer une copie de la vidéo sur captainfact.io? Changer le lien vers une copie de la vidéo?

Je travail en ce moment sur un dossier et j’utilise beaucoup de liens captainfact dans mes sources. Si les vidéos disparaissent, mais citations et mes arguments disparaissent avec! C’est l’horreur pour tout travail scientifique…

Et tout le travail de la communauté de fact checking est perdu!

1 J'aime

Bonjour @vince et bienvenue sur le forum.
Oui je comprends, les vidéos qui disparaissent commencent à devenir un problème récurent, surtout avec celles de JJC…

Je peux proposer plusieurs solutions :

  • Enregistrer une copie de la vidéo ailleurs (mais captainfact.io ne peut pas s’en charger techniquement aujourd’hui, cela doit être une initiative de la communauté).
  • Changer le lien vers une copie de la vidéo en demandant sur le forum.
  • Faire confiance aux citations, qui peuvent suffire à rendre le fact-checking lisible, même sans les vidéos.

D’autres membres auront peut-être d’autres idées à partager.

Je réfléchie également à rendre les fact-checking utiles hors cadre d’une vidéo sur le site, en identifiant les thématiques de la citation et en constituant des dossiers / pages de vérification par mots clés (comme la 5G par exemple).

Ces solutions te semblent elles convenir ?

1 J'aime

Bonjour @vince,

Je conçois que dans certains cadres de recherches (Enquête, mémoire, reportage, recherche scientifique, etc…) l’absence de la vidéo d’origine peut être un problème, surtout pour le gage du sérieux du contenu de la plateforme.

Pour autant, la citation aura été extraite, donc présente en base sur CF, et des contributions auront été apportées, elles aussi définitivement sauvegardées en base ainsi que toutes les évaluations (Vote). Que doit-on considérer comme le plus important à sauvegarder, les contributions, ou les vidéos ? A mon avis, les contributions.
Bon nombre d’articles de journaux se basent sur les propos lors d’un meeting pour relayer une information, sans pour autant en avoir une vidéo, ni même un enregistrement audio (Plus rare, j’en conviens).
Idem lors d’un procès, pas d’image, mais des extractions des dires, et retranscrites dans un billet de blog ou un article.

Lorsque nous aurons intégré plusieurs possibilités de plateforme (Vimeo, Dailymotion, PeerTube, Odysee ?..) pour ajouter des vidéos, mais aussi d’autres formes de contenus (Article, Podcast, pdf, etc…), les possibilités de redondance seront plus grandes.

Mais comme nous n’avons pas ces options pour le moment, les idées pour aider à résoudre ce problème sont les bienvenues.

1 J'aime

Bonjour @Florence-C, bonjour @DocFred,

merci de vos réponses. En ce qui concerne la vidéo citée plus haut (https://captainfact.io/videos/gLjY), on pourrait déjà changer le lien vers une copie (le timecode est a vérifier), tant que celle-ci n’est pas supprimée non plus…

par exemple ici: https://www.youtube.com/watch?v=_kumI3A-zi8
ou ici: https://www.youtube.com/watch?v=6X6AcFGCLyM

Peut-être aussi une idée intéressante: télécharger les sous-titres auto-générés de Youtube (ou les procéder extérieurement avec un programme de speech-to-text) et de les intégrer dans la page de la vidéo (donc, si la vidéo est supprimée, il reste une trace complète des citations).

UPDATE: J’ai réussi a télécharger les sous-titres auto-générés. Au mois je garde une trace, en complément avec le fact-checking de la page je garde ainsi le contenu de la vidéo (même si les auteurs ne sont pas reconnaissables). Malheureusement je ne peux pas attacher le fichier car c’est un fichier texte.

Sinon apparemment il y a aussi une API pour télécharger les sous-titres : https://developers.google.com/youtube/v3/docs/captions/download

1 J'aime

Oui ça peut être intéressant, à développer.
Et tout cas la vidéo est mise à jour c’est bon :
https://captainfact.io/videos/gLjY

@Florence-C génial, merci!
(j’espère qu’elle ne va pas être bientôt supprimée)

Bonjour @Florence-C, @vince

Je vois deux points légaux à objecter à la copie et à l’hébergement par CaptainFact d’un contenu ayant été supprimé directement par son auteur ou par une plateforme.

Premièrement CaptainFact n’est pas le créateur du contenu, je doute donc qu’une telle pratique soit en accord avec le droit d’auteur.

Deuxièmement (et bien que nous n’y soyons pas encore), la loi se dirige vers une responsabilisation pénale des hébergeurs de contenu vis à vis de ce qui est publié sur leur site (un peu sur le calque de ce qui se fait pour un journal). L’option de publier une copie de la vidéo (ou la transcription de ses dires) pourrait ainsi, si des propos délictueux ou criminels y sont proférés, à terme engager la responsabilité de CaptainFact.

Il y aussi un problème d’ordre éthique. Si une vidéo est supprimée parce que son contenu est néfaste, bien que nous la critiquions sur CF, l’héberger n’est elle pas l’occasion de lui donner de l’écho.

Ensuite il y a aussi quelques problèmes techniques :

  • comment systématiser l’extraction et l’hébergement
  • le cout que cela suppose.

Je pense ainsi que CaptainFact doit rester tout simplement dans son rôle. C’est à dire l’extraction de citations et la vérification de celles-ci. Si un contenu est supprimé, il faut alors à mon sens simplement garder l’archive de la vérification (tel que cela a lieu actuellement).
Et si le contenu venait a ressurgir sur le net, il ne suffirait donc que de le relier à la verification déjà effectuée par le passé.

1 J'aime

Je suis en phase avec cette approche, l’atout pour CF et dans le temps, c’est de constituer une base de connaissance des citations, si on peut les relier à une source audio/video/texte c’est mieux, mais pas indispensable.
En revanche, ce sujet boucle avec certains points d’autres sujets, comme par exemple l’édition des citations, car nous devons apporter une confiance certaine aux internautes quand au fait que les citations ne peuvent être « violées » a postériori.