Un post fb de fact-checking d'un reportage "Face cachée des énergies vertes" sur Arte

Le post en question (sur un groupe privé donc pas visible aux personnes qui ne sont pas dedans)

par Maxime Pinazzi

« Je suis récemment tombé sur
La face cachée des énergies vertes - Documentaire sur Arte
, et j’ai notamment vu qu’il avait été partagé ici.

Étant moi-même critiques vis-à-vis de l’éolien, du solaire, et des véhicules électriques, j’ai été assez intrigué en découvrant ce film.

Malgré de nombreux côtés positifs, plusieurs choses m’ont dérangé et incité à le fact-checker plus attentivement… Si cela en intéresse certains, je vous propose de partager mes débuts de réflexions ici, en gardant bien sûr en tête que ma critique est elle-même ouverte à la critique.

A noter que l’idée, c’est surtout de pouvoir regarder ou conseiller ce documentaire avec la prudence qui s’impose, pas d’être partisan ou de casser du sucre sur son dos pour le plaisir. J’argumenterai plus bas, mais pour résumer rapidement :

✅ Le documentaire dénonce très bien le « côté obscur » des énergies renouvelables et l’extraction désastreuse de leurs terres rares. Ce point justifie presque le visionnage à lui seul, d’autant plus que certaines images sont magnifiques.

✅ Il apporte un discours peu présent médiatiquement (je pense), qu’on soit pour ou contre, être informé des aspects négatifs me semble nécessaire : on ne peut pas seulement se baser juste sur le positif pour se faire un avis. Et j’ai l’impression qu’on n’entend presque jamais ce genre de critiques, comme si le débat n’existait pas…

❎ Le documentaire ne vise pas l’objectivité (ou alors, il le fait vraiment très mal, je donnerai des exemples concrets plus bas). Bien sûr, il n’a pas à être parfaitement neutre, mais ici, on s’arrange trop largement avec les faits, en ne citant que les mauvais côtés, en omettant le contexte général [le changement climatique n’est presque jamais évoqué], et parfois, on rabaisse gentiment ceux qui ne pensent pas pareil, comme ces ‹ prophètes › d’écolo.

❎ Le documentaire a recours selon moi au côté obscur de l’argumentation , certaines méthodes ne devraient pas être utilisées, en vrac : tronquer une citation pour faire croire qu’une étude va dans notre sens (alors qu’elle dit exactement le contraire…), jouer sur les émotions pour convaincre avec des musiques dramatiques ou l’évocation très répétée des lobbys industriels qui veulent se faire plein d’argent (non pas que ce soit faux, mais ici j’ai l’impression qu’on veut surtout jouer avec mes émotions pour que je sois d’accord). Il y a également plein d’affirmations fausses et non sourcées, de confusions, d’omissions, et j’en passe.

👉 En résumé du résumé, je vous conseille sincèrement ce documentaire si la thématique des terres rares dans les énergies vertes vous intéresse (et plus particulièrement, si vous n’en avez presque jamais entendu parler). Mais , en gardant en tête que c’est du journalisme à charge, que cela tentera de jouer avec vos émotions, et qu’il vaut mieux vérifier attentivement chaque affirmation…

D’ailleurs, c’est ce qu’on peut tenter de faire ci-dessous. Je vais également relever le ton de certains passages quand ça m’a perturbé.


[Disclaimers]

Je ne suis pas spécialiste, j’ai seulement vérifié rapidement les affirmations qui me semblaient les plus surprenantes.

Comme c’est un exercice de fact-checking, je vais sauter les nombreux passages où je suis d’accord avec les réalisateurs pour me concentrer uniquement sur le négatif, n’hésitez pas à le regarder pour voir ses points plus positifs.

Niveau conflits d’intérêts idéologiques, si on caricature un peu : je suis favorable à l’énergie nucléaire, contre l’éolien et les renouvelables en France mais au contraire pour dans les autres pays. Et je suis plutôt favorable aux voitures électriques même si je pense que ce n’est vraiment pas génial et que cela ne va pas beaucoup nous aider. J’ai également un à priori assez positif sur les réalisateurs (mais moins maintenant).


💬 "Les gens ont été convaincus que s’ils roulaient en voiture électrique, tous les problèmes de CO2 seraient résolus"

C’est une des premières phrases du film, et même si ce n’est pas vraiment méchant, sur quoi se base-t-on pour prêter aux gens de tels propos ? On peut aussi penser que les véhicules électriques sont bons pour le climat sans pour autant imaginer que c’est une solution miraculeuse.

Ce n’est pas grand-chose, mais cela contribue déjà à cliver inutilement le débat : les gens d’en face sont naïfs, ils tiennent des propos grotesques alors qu’en réalité, on ne sait pas ce que les gens pensent majoritairement, c’est trop facile de faire dire aux autres des absurdités pour s’en moquer.

✅ Une alternative aurait pu être: « Les Français ont une très bonne opinion des véhicules électriques, notamment pour diminuer leur impact environnemental, mais est-ce vraiment confirmé par les faits ? »

  1. Ce n’est pas clivant, personne n’est ridiculisé
  2. Les affirmations tenues sont vérifiables par sondages, ce n’est pas juste une opinion au doigt mouillé [1][2].

💬 "le remède ne risque-t-il pas d’être pire que le mal des énergies fossiles ?"

Cette affirmation me semble beaucoup plus dérangeante, alors oui c’est un documentaire grand public, oui, il faut probablement le vendre avec une bonne phrase intrigante au début, mais comparer les défauts des énergies renouvelables avec les fossiles, c’est très osé.

📊 Si on raisonne en années de vie perdue (pour chaque TWh électrique produit), on constate que les énergies fossiles sont très impactantes, en particulier avec le charbon (122 années [3]) et dans une moindre mesure le gaz (32 années [3]). Le fioul aussi, mais il n’est presque pas utilisé en pratique.

En revanche, les éoliennes/panneaux photovoltaïques ne suivent pas les mêmes ordres de grandeur (6 et 12 années « seulement » [3]). On notera tout de même que le cas de la biomasse renouvelable est ambiguë avec 77 années [3], il est vrai que cette énergie fait effectivement débat, au moins sous certaines formes, mais :

  1. C’est franchement compliqué.
  2. Le reportage ne la dénonce pas.

📊 Si on raisonne en décès (toujours par TWh), on retrouve ici les mêmes ordres de grandeur avec un charbon désastreux (24,5 morts [4]), du gaz douteux (2,8 morts[4]), et du nucléaire plus modeste (0,052 mort[4]). Les renouvelables ne sont pas pris en compte ici, mais la disproportion du charbon par rapport aux autres énergies laisse difficilement imaginer que des éoliennes/panneaux photovoltaïques pourraient faire pire.

Et ce raisonnement s’applique sans même parler du changement climatique causé par les énergies fossiles. Donc, non, les solutions proposées ici ne sont pas pires que le problème initial. Sur certains critères, c’est le cas bien sûr (le reportage le montre bien !) mais dans l’ensemble, non.

✅ Mon alternative : « Malgré la nécessité des énergies renouvelables dans la lutte contre le changement climatique et leurs avantages souvent mis en avant, ces solutions sont-elles pour autant irréprochables ? »

  1. On replace le contexte comme ça, certes les éoliennes vont prendre cher dans notre reportage, mais on rappelle que les énergies fossiles qui intoxiquent les hommes et dérèglent le climat, c’est pire quand même.
  2. On évite de faire du sensationnalisme, oui il y a des mauvais côtés, oui c’est frustrant que ça soit peu connu du grand public, mais inutile d’en faire trop, on risque peut-être d’encourager une certaine forme de relativisme puisque toutes les énergies sont horribles, voire pire que les fossiles, autant ne rien faire quoi.

💬 "Dès lors que l’on va avoir besoin des aimants, pour les moteurs des éoliennes, ou des métaux pour les cellules photovoltaïques, il y a besoin de métaux rares." ⚠️

Cette citation d’une experte permet de faire le pont entre les énergies renouvelables d’un côté, et les conséquences catastrophiques de l’extraction des terres rares de l’autre. Et là encore, c’est très bien montré dans le film avec les images en Chine, mais :

📊 Si certaines éoliennes ont effectivement besoin de métaux rares (néodyme et dysprosium) pour leurs aimants, le documentaire oublie de mentionner qu’il en existe également qui fonctionnent sans. On pourrait très bien critiquer les éoliennes concernées (en particulier celles en mer) tout en expliquant que d’autres ne représentent pas de problème à ce niveau-là, ce serait plus nuancé, parce qu’on peut critiquer les éoliennes sans être anti-éolienne.

D’autant plus que d’après l’Ademe, les éoliennes non-concernées, cela représente quand même 97% du parc terrestre actuel [5] ! Et à priori, pour les 3% restantes, il existe des alternatives à développer.

📊 Toujours d’après l’Ademe, les panneaux photovoltaïques ne semblent pas utiliser de terres rares, mais ce serait de mauvaise foi je pense, puisque le même document explique que certains métaux requis sont critiques (tellure, indium, silicium) ce qui confirme l’idée générale.

✅ Mon alternative : ne pas parler des éoliennes vu que ce n’est pas une critique pertinente. Insister en revanche sur les panneaux photovoltaïques.


💬 " Après le pétrole, c’est donc une nouvelle dépendance que nous sommes en train de secréter "

Je suis d’accord : une dépendance aux métaux rares contredit même une des promesses des énergies renouvelables, celle d’êtres aussi illimités que le vent et le soleil. En revanche, sur le principe ce n’est pas non plus comparable au pétrole qui dérègle le climat de la planète entière et menace la plupart des espèces, dont la nôtre. Oui, la dépendance est dérangeante, mais on pourrait se demander aussi :

  1. A quel point cela nous rend t-il dépendant ?
  2. Sommes-nous davantage dépendants ici qu’avec les alternatives ?
  3. Est-ce que la dépendance est le critère prioritaire ?

💬 " L’Empire du milieu est le premier producteur mondial de métaux rares, il fournit notamment les ⅔ du graphite [images de paysages pollués en chine] "

Ici encore, je suis d’accord (c’est même aussi dénonce par l’Ademe [6]) mais sur le principe, ça me dérange un peu :

Cela ne fait que pointer du doigt les défauts de l’exploitation du graphite en chine, sans forcément remettre en cause l’exploitation en elle-même. Des mines plus “propres” sont-elles possibles ? (Qu’en est-il du graphite au Canada par exemple ?) La conclusion logique de ces dérives n’est pas forcément “arrêtons de faire des renouvelables" mais pourrait aussi être “améliorons les renouvelables”. Par exemple en encourageant l’exploitation minière en occident.

Ce n’est pas une critique de fond, je sais que c’est même la position publiquement défendue par au moins un des deux réalisateurs [7], mais la construction du documentaire donne une vision plus binaire et clichée du débat je trouve.


Là, je n’ai pas de citation particulière, mais il y a toute une partie du documentaire qui dénonce l’exploitation du charbon dans une ville au Chili, rendant l’air irrespirable.

J’ai trouvé ce passage très déroutant, car nous étions initialement au Chili pour dénoncer l’exploitation minière du cuivre, toxique mais nécessaire pour soutenir la transition énergétique. Pourquoi ensuite parler de la pollution liée au charbon dans cette ville ? Le charbon n’a aucun rapport avec les énergies vertes, c’est justement ce qu’elles permettent de combattre !

Mélanger de cette façon les conséquences négatives des énergies vertes, et les conséquences négatives des énergies fossiles, sans prévenir, sans aucune phrase de mise en contexte, j’ai trouvé cela très dérangeant. En fait, on apprendra plus loin que c’est Engie qui développe le charbon au Chili tout en défendant les renouvelables en France. C’est un bon argument contre Engie, mais ce n’est pas un argument contre les renouvelables.

bonus : j’allais initialement écrire un rapide passage pour dire que dénoncer le cuivre [pourtant utilisé pour beaucoup d’autres d’usages que la seule transition écologique] me semblait hors-sujet et un peu trompeur. Après rapide vérification, j’avais tort, c’est justement un sujet sensible [8].


💬 " L’Ademe va plus loin : dans une nouvelle publication, les spécialistes écrivent que les impacts environnementaux du véhicule électrique sont du même ordre de grandeur que pour un véhicule thermique [musique dramatique]. " ⚠️

La citation est tronquée et l’image est volontairement floutée (peut-être ?) comme pour empêcher le téléspectateur de lire le texte en entier, si on le fait, l’Ademe explique [9] :

  1. Les véhicules électriques sont intéressants environnementalement (!).
  2. En particulier pour lutter contre le changement climatique en France.
  3. Ils améliorent aussi la qualité de l’air en ville.
  4. Ils ont quand même des impacts négatifs à la fabrication sur des critères d’acidification et d’eutrophisation, mais si on rapporte cela à l’intégralité du cycle de vie (pas juste à la fabrication de la voiture donc) c’est du même ordre de grandeur que les véhicules thermiques, et en plus, ça s’améliore en recyclant.

Le documentaire lui, cite juste " c’est du même ordre de grandeur que les véhicules thermiques " ce qui contredit complètement les propos de l’Ademe ! C’est le lien [9] à la page 3 et 4 pour vérifier par vous-même, et le passage dans le documentaire c’est vers la 53ème minute.

Cette erreur me semble presque trop grosse pour être volontaire, mais elle prouve a minima, un certain parti pris dans la façon de se documenter des réalisateurs.

✅ Mon alternative : " Malgré des conclusions très favorables au véhicule électrique en France, l’Ademe ne cache pas certaines inquiétudes modérées en ce qui concerne l’acidification des sols et l’eutrophisation de l’eau".


💬 La voix-off ajoute “des conclusions que l’ensemble de la classe politique refuse de prendre en compte”

📊 Comme indiqué plus haut, le rapport indique que les voitures électriques sont dans l’ensemble positives et permettent de baisser les émissions de CO2 malgré leurs défauts, est-ce réellement en contradiction avec ce que disent les politiciens ?

📊 Sur un site officiel du gouvernement destiné à faire la promotion des véhicules électriques auprès du grand public, on peut par exemple lire clairement, et de façon assez bien mise en avant, que la fabrication des batteries des voitures électriques est très polluante [10], cela ne semble donc pas être un sujet si ignoré que ça en attendant des preuves du contraire.


💬 " Dans la majorité des cas dans le monde, l’électricité est fabriquée par des combustibles fossiles comme le charbon, le fioul et dans une moindre mesure le gaz […] donc si vous prenez des pays comme la Chine, l’Inde, les US, l’Allemagne, une voiture électrique ça émet plus de CO2 qu’un véhicule à essence ou gazole "

📊 La personne citée dans le documentaire fait ses affirmations sans apporter de preuves. Si on lit son rapport de 2008 qu’il mentionne, seules les données d’EDF sont citées, elles indiquent que les voitures électriques diminuent grandement les émissions de CO2 en France, mais seulement un peu en Europe, et nullement dans le monde [11]. Le rapport ne semble pas aborder plus loin cet aspect du débat, on ne peut donc pas affirmer que les voitures électriques en Inde, Chine, US, et Allemagne, ont un impact néfaste sur le climat, même en regardant les données qui arrangent le plus la personne à l’origine de ces affirmations.

📊 En revanche, des études plus récentes semblent indiquer que les véhicules électriques ont bien un effet positif même en Allemagne et aux États-Unis [12] (pourtant tous deux fortement basés sur le charbon). Logiquement, ces impacts environnementaux diminueront encore davantage avec le temps avec la construction de nouvelles éoliennes (quand c’est possible du moins).

📊 On peut également citer l’Ademe : « Quel que soit le mix énergétique des pays Européens étudiés, l’étude démontre qu’en fin de vie, le bilan environnemental du véhicule électrique restera toujours plus favorable que le thermique » [13]

On peut également rappeler que la généralisation des véhicules électriques en France est toujours positive pour le climat, quelle que soit la source scientifique citée. Le documentaire semble pourtant laisser planer une certaine confusion (pas forcément volontaire) entre la situation positive en France, et parfois ambigue dans certains pays étrangers. Si les voitures électriques polluent en Inde mais sont positives en France, nous ne devrions pas utiliser cet argument contre les voitures électriques en France.


💬 " Nous ne savons pas quoi faire des déchets [éoliens], nous sommes confrontés au même problème que nous avons eu avec les déchets nucléaires. "

Les éoliennes se recyclent en très grande partie [14], leurs matériaux : l’acier, la fonte, le cuivre, l’aluminium, se recyclent à 90%. Le béton à 100%, le plastique et la fibre de verre sont incinérés. Le reste est enfoui, cela pose réellement des problèmes, notamment au niveau des aimants et des pâles, mais résumer avec : « ça ne se recycle pas » car certaines parties ne se recyclent effectivement pas, est un raccourci trompeur.

De plus, le parallèle avec les déchets nucléaires semble déconnecté de la réalité tant ces derniers sont spécifiques et bien plus complexes à prendre en charge (pour la petite minorité la plus radioactive du moins [15] ).


Bref, je pense qu’il faut se méfier des documentaires, surtout quand ils vont dans notre sens.

C’est un format compliqué à fact-checker vu que les sources ne sont presque jamais vérifiables (on met rarement le docu en pause pour chercher le .pdf de l’étude citée sur google quoi). Et puis, ça ne donne pas non plus envie d’être vérifié quand on présente ça de façon aussi clivante, ici par exemple, ils ont beaucoup insisté sur le fait qu’ils s’attaquaient au puissant lobby des industriels, personne n’a envie d’être de leur côté je pense.

Mais surtout, La Face Cachée des Energies Vertes, ce n’est pas non plus Alien Theory ou Hold Up (loin de là !). C’est juste un documentaire sur Arté comme il y en a beaucoup j’imagine, et pourtant, si on le regarde sans se méfier, je pense qu’on risque d’avoir une vision très biaisée du débat au final.


J’imagine que peu de personnes liront [je crois que presque personne n’a vu ce reportage dans mes contacts ^^’] mais si le sujet vous a intéressé, n’hésitez pas à me contredire, j’actualiserai en cas d’erreurs de ma part.


[CORRECTIFS & remarques]

• À venir.


[SOURCES]

  1. Ipsos - p.10 : https://www.ipsos.com/…/francais_mobilite_electrique.pdf
  2. Mobility Monitor 2019 - p.5 : https://www.leaseplan.com/…/leaseplanglobalmobilitymoni…
  3. Revue de l’Energie - p.14 fig.3 : https://www.osti.gov/etdeweb/servlets/purl/20735010
  4. Académie des technologies - p.3 tableau 1 : http://academie-technologies-prod.s3.amazonaws.com/…
  5. Ademe - p.7 : https://www.ademe.fr/…/avis_technique_terres-rares…
  6. Ademe : https://www.ademe.fr/…/fiche-technique-terres-rares…
  7. Techniques de l’ingénieur : https://www.techniques-ingenieur.fr/…/metaux-rares…/
  8. IRIS : https://www.iris-france.org/139214-cuivre-quel-avenir…/
  9. Ademe - page.3-4 : https://www.ademe.fr/…/avisademe-vehicule-electrique.pdf
  10. Ecologie.gouv.fr : https://www.ecologie.gouv.fr/developper-lautomobile…
  11. Rapport Syrota - p.70 : http://archives.strategie.gouv.fr/…/vehicule_2030…
  12. Carbonbrief : https://www.carbonbrief.org/factcheck-how-electric…
  13. Avem : http://www.avem.fr/actualite-vehicule-electrique-et…
  14. Ademe - p.26 : https://www.ademe.fr/impacts-environnementaux-leolien…
  15. Le réveilleur : https://www.youtube.com/watch?v=yZ4FmDB_MXE »
1 J'aime

Impressionnant, ce fact-checking :astonished:

Il aurait tellement sa place sur CaptainFact… :innocent:

Vas-y, écris à son auteur ! Cette personne sera sûrement heureuse d’apprendre l’existence de CaptainFact. Et ça pourra donner lieu à de futurs fact-checking de contenus écolos/collapsos. Transition2030 est mûre pour ça, et pleine de gens qui aiment la data et les preuves.

1 J'aime

Je n’ai pas de compte Facebook, je passe donc la balle à un autre @Ambassadeur :kissing_smiling_eyes: :curly_loop: :basketball: :hugs:

Ça me permet de poser la question :slight_smile: Stratégie facebook